Ce que je retiens du COVID-19

Ce que je retiens du COVID-19

Cette épidémie de COVID-19 nous fait vivre une période très particulière. Cette crise sanitaire sans précédent est en train de bouleverser nos vies de manière irréversible. Voici ce que je retiens de cette épidémie (qui n'est pas terminée).

C'est la lecture du très bon billet de ma copine Vanessa 4 Leçons que j’ai apprises avec cette épidémie de Covid-19. qui me donna l'impulsion de coucher sur le clavier, tout ce qui me trottait dans la tête depuis le début de cette satanée année 2020.

Aujourd'hui, nous devons apprendre à vivre au quotidien avec un ennemi mortel et invisible. Il peut être présent sur la poignée du Caddie du supermarché, dans l'air que nous respirons, etc. bref, il peut être n'importe où. Et comme nous tenons à la vie, nous n'avons pas d'autres choix que de porter un masque et de respecter les fameux gestes barrière pour nous en protéger. C'est un changement de comportement certes radical mais nécessaire.

Mais cette crise hors normes impacte également nos vies de manière parfois très étonnantes. En effet, personne n'avait prédit que Zoom allait devenir l'un des outils les plus utilisé en l'espace de quelques semaines ! Personne n'avait prévu une baisse sans précédent de 18% des ventes d'appartements à Paris ! Personne n'avait imaginé que nos interactions sociales allient se réduire à la portion congrue en si peu de temps. Non, personne.

Pour de nombreuses personnes, tous ces changements passent mal. Oui, changer de vie ce n'est pas facile et devoir abandonner le monde "confortable" (c'est à dire fait de certitudes) dans lequel nous vivions jusqu'au début de cette année est douloureux et inquiétant.
Tout comme ma copine Vanessa, je fais partie de cette catégorie des gens qui pensent au contraire, qu'il y a des raisons objectives pour rester optimiste malgré la pandémie. J'ai retenu plusieurs leçons de cette crise qui me confortent dans cette idée que malgré la présence du virus, il est possible de continuer à voir le verre à moitié plein.

Les effets immédiats de cette crise

Le boom du commerce électronique

Les chiffres du commerce en ligne montrent que nous avons profité du confinement pour adopter de nouveaux usages dans nos modes de consommation. Même si le Web n'est pas complétement green, il est toujours préférable de cliquer pendant 5 minutes sur le mulot plutôt que de prendre sa voiture pour aller faire un achat à 500 mètres de chez soi...

Les commerçants et les entreprises qui ont su être réactifs et s'adapter à cette situation ont vu leurs chiffre d'affaire exploser et parfois dans des proportions spectaculaires. Le recours aux Drive des supermarchés et à la livraison à domicile le montrent d'ailleurs très clairement, vous aimez faire vos achats en ligne.

Chiffres Google Analytics

Données sur le premier semestre 2020 d'un site e-commerce (source confidentielle)

Pour finir de vous en convaincre, voici quelques chiffres tout aussi éloquents publiés par BDM :

Sur 41 millions de cyberacheteurs en France au 2e trimestre 2020, soit 1 million d’internautes supplémentaires par rapport à la même période en 2019, 71 % ont effectué des achats sur des sites e-commerce disposant de magasins physiques, selon les données de l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie. Pendant le confinement, 68,2 % des acheteurs en ligne ont déclaré avoir commandé sur Internet autant ou plus qu’avant. Depuis la réouverture progressive des magasins, 48,6 % des cyberacheteurs ont consommé davantage en ligne que pendant le confinement et ne comptent pas s’arrêter là.

Il n'est jamais trop tard pour prendre le train de l'e-commerce en marche :)

L'impact du télétravail

Le confinement a aussi eu pour effet de donner l'occasion à des millions de personnes de faire l'expérience du télétravail. Fini les bouchons le matin pour aller au bureau, fini la cohue dans les transports en commun, vous avez été très nombreux à découvrir (avec plus ou moins de bonheur) ce que je vis depuis presque 7 ans : le home office.

Là aussi, les chiffres ont éloquents. En novembre 2019, la DARES (le service d'études et de statistiques du ministère du Travail) estimait à 7,2 % le taux de salariés français qui fonctionnaient en mode télétravail, dont une large part "occasionnellement". À peine 6 mois plus tard, ils sont désormais plus d’un tiers! Alors certes, c'était plus par obligation que par vocation mais la tendance est là et elle devrait se confirmer.

Téléchargement outils visio-conférence

Téléchargement d'outils de visio-conférence Mars 2020 vs Mars 2019 - Source: App Annie

Les études publiées depuis le confirment indiquent que cette expérience de télétravail est désormais largement appréciée :

  • 71 % des personnes qui n’avaient jamais travaillé à domicile avant la crise sanitaire déclarent désormais vouloir travailler à distance au moins un jour par semaine à l’avenir (Colliers International – 15/04/2020),
  • 79 % des salariés qui veulent faire plus de télétravail après le confinement sont même prêts à sacrifier – pour cela – leur bureau attitré (Deskeo – 14/04/2020).

Même si le télétravail ne convient pas à tout le monde et à tous les métiers, c'est à mon avis une solution à considérer et à privilégier lorsqu'elle peut être mise en oeuvre. Je fonctionne en home office depuis début 2014 pour rien au monde je ne retournerai travailler dans un bureau.

L'impact de l'école à distance

Il n'y a pas que les travailleur.euses qui ont été touché.es par cette crise sanitaire, leur progéniture l'a également été. Ce sont des millions de collégiens, de lycéens et d'étudiants qui ont été obligé de suivre leurs cours depuis leur domicile (même si la cohabitation au quotidien n'a pas dû être facile à gérer tous les jours).

Seulement, cette crise a mis en lumière les (nombreuses) faiblesses du système éducatif français, ce que révèle l’OCDE dans son enquête The impact of COVID-19 on education, publiée le 8 septembre dernier.

Comme le souligne l'OCDE dans les conclusions de son rapport, cette pandémie est aussi un appel à renouveler l'engagement envers les objectifs de développement durable. Il faut s'ssurer que tous les jeunes aient la possibilité de réussir leur parcours scolaire, de développer leurs connaissances, leurs compétences et leurs valeurs qui leur permettront de contribuer à la société.

Se mettre au vert

C'est aussi un des effets inattendus de cette crise sanitaire, de nombreux citadins (près d'1,5 million de personnes, tout de même) ont réussi à prendre la fuite juste avant le confinement. Cela leur a peut-être donné l'occasion de prendre conscience que la vie était finalement plus agréable dans une maison avec un jardin que dans un appartement, fut-il situé dans le Marais à Paris ou le 6ème à Lyon (par exemple).

Au troisième trimestre, le nombre de transactions dans la capitale a chuté de 17,9%, selon les chiffres de Century 21. En parallèle de ce recul, c'est le marché des maisons qui en profite. Cette envie de plus d'espace post-confinement s'est donc concrétisée, en tout cas en Ile-de-France. Les ventes de maisons ont bondi de 13,5% au 3eme trimestre sur un an, soit une progression deux fois plus forte que les ventes d'appartements.

La prise de conscience de notre existence

Prendre conscience de la maladie

Il ne fait aucun doute que nous sommes bel et bien en face d'un virus mortel. Au début du deuxième trimestre 2020, nous avons découvert, pour la première fois de notre histoire, ce qu'était un confinement généralisé en temps de paix. Personne ne s'y attendait et les comportements d'hystérie collective (la ruée sur les pâtes et le papier toilette) n'étaient le plus souvent que des révélateurs d'une peur incontrôlée. Oui, personne n'a envie de mourir !

Cet épisode m'a beaucoup fait pensé au tsunami qui avait frappé tout l'océan indien en décembre 2004, faisant au passage des centaines de milliers de morts. Le monde prenait subitement conscience de sa possible mortalité de masse.

Si l'on ne peut rien faire contre un séisme, on peut en revanche très bien se protéger contre un virus. La première chose à faire pour cela est d'avoir un comportement rationnel et responsable.

Carte des pays touchés par le tsunami de 2004 - Source BBC

Carte des pays touchés par le tsunami de 2004 - Source: BBC

Prendre conscience de sa chance

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais si vous pouvez lire cet article, vous avez de la chance. Beaucoup de chance !
Non pas que ce contenu soit d'une valeur intestimable mais le simple fait d'y avoir accès fait de vous, un.e privilégié.e. Ce que vous trouvez et considérez comme normal, ne l'est pas pour des millions de personnes qui vivent sur la même planète que nous. Allumer un téléviseur, prendre une douche chaude, se déplacer librement, lire ce blog sur Internet, tout ceci vous parait normal mais c'est une chance et vous n'en n'avez pas réellement conscience.

J'ai vécu le confinement chez moi, ici en Bretagne. Il faisait un temps superbe et la plupart du temps, je travaillais la baie vitrée grande ouverte sur la terrasse et sur les oiseaux dans le jardin. Par rapport à mes contacts citadins qui étaient confinés dans leur appartement (pour certain.es avec leurs enfants), j'ai de la chance. Par rapport aux personnes qui ont été infectées, j'ai de la chance. Vraiment beaucoup de chance.

Quand vous réalisez la chance que vous avez, vous comprenez alors qu'il est essentiel de ne pas la gâcher avec des comportements à risques et qu'il ne faut surtout pas gâcher celle des inconnu.es que vous croisez. Essayez d'y penser !

Que sera l'après COVID ?

Question difficile s'il en est car on ne sait pas quand cette épidémise sera définitivement enrayée. On peut simplement espérer que la recherche scientifique soit la plus rapide et la plus efficace pour nous sauver. Cependant, il y aura bel et bien un après et je vous partage maintenant quelques pistes de réflexion pour s'y préparer.

Pourquoi ne faire évoluer son activité ?

Pourquoi ne pas profiter de cette situation pour transformer cette crise en opportunité ? N'est-il pas temps de digitaliser votre activité ? N'est-ce pas le moment idéal pour faire évoluer votre site web en e-boutique ? En effet, tout indique qu'il y aura de plus en plus de personnes en ligne, que certains comportements ont déjà commencé à changer et que malgré son âge, le Web est encore un vaste territoire riche en opportunités.

Si vous avez des projets en la matière, si vous avez besoin d'être accompagné pour les réaliser, n'hésitez pas à me contacter.

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.

Winston Churchill

Pourquoi ne pas en profiter pour changer de vie ?

Le confinement a changé la vie de nombreuses personnes qui ont pu/su profiter de cette période pour se découvrir des envies créatives ou entrepreunariales. Marre du train-train-metro-boulot-dodo, pourquoi ne pas se lancer dans un nouveau métier, dans un nouveau projet de vie ? Après tout, rien n'est figé dans le marbre, rien n'est impossible avec un peu de volonté et grâce aux énormes ressources disponibles gratuitement aujourd'hui sur Internet, toutes les portes vous sont ouvertes. Il n'appartient qu'à vous de les pousser pour les ouvrir !

Prendre soin des autres et de soi

Mais on peut également aspirer à être plus humaniste et plus altruiste si l'on a la chance d'avoir échappé au virus jusqu'ici. Parce que tout ne tourne pas autour du business et de la vie professionnelle, l'après COVID est peut-être aussi une excellente opportunité pour regarder vers celles et ceux qui en ont besoin.

Lorsque j'ai rédigé mes tutoriels pour Joomla en 2014/2015, j'étais loin de me douter qu'ils seraient également lus par des personnes venues des quatre coins de la francophonie. La gratuité de ces ressources est une aide essentielle pour de très nombreuses personnes ayant peu de moyens. Aussi, je vais continuer à proposer des contenus de cette nature pour les soutenir.

Aider les autres, ce n'est pas nécessairement mettre la main au portefeuille. Répondre à des questions sur un forum, sur un groupe Facebook, donner son temps pour participer à un projet commun, apporter ses compétences, il existe mille et unes manières d'aider les autres sans bourse délier (même si le temps, c'est de l'argent). A vous de trouver celle qui vous convient :)

Et si on était tous.tes enfin positifs.ives (mais pas au COVID) ?

Oui, nous avons de la chance même si la crise a mis à mal votre entreprise.
Oui, ce monde post-COVID ouvre de nouvelles opportunités et pas seulement matérialistes.
Oui, il est possible de changer de vie ou tout du moins, d'améliorer très nettement l'actuelle.

Tout cela n'est finalement qu'une question de point de vue : si vous voyez le verre à moitié vide, versez le contenu dans un verre plus petit ;)
J'espère que vous viendrez me racontrer dans les commentaires, comment vous vivez cette crise du COVID et ce que vous avez mis en oeuvre pour transformer cette pandémie en opportunités pour vous.

Crédit cover 愚木混株 Cdd20 - Pixabay

Daniel Dubois

Daniel Dubois

Passionné par le Web depuis 2007, Daniel défend la veuve et l'orphelin du web en créant des sites respectueux du W3C. Fort d'une expérience de plusieurs années, il partage ses connaissances dans un état d'esprit open source.
Très impliqué dans la communauté Joomla depuis 2014, il est actif au sein de plusieurs projets, conférencier et fondateur du JUG Breizh.