Blog de web-eau.net

L'univers du Web ne le limite pas qu'à la création de sites mais regroupe une très large palette de fonctions dont un webmaster peut avoir besoin pour répondre à un projet. Parmi ces métiers, l'un des plus récents est sans doute le métier de Community Manager (ou animateur de communauté, pour les amateurs de francisation). Pour vous faire découvrir cette profession et son univers, j'ai choisi d'interviewer Bérangère qui est une de mes amies et dont le Community Management est son coeur de métier.

5 questions à... webulous

Salut Bérangère, peux-tu te présenter et nous parler de ton activité, s'il te plait ?

Je suis Bérangère et j’ai créé Webulous en 2011.
J’avais cette envie depuis un moment et plusieurs facteurs externes m’ont décidée à me lancer, seule dans un premier temps. Nous sommes maintenant 2 et la société va encore grandir.
Auparavant j’avais un poste de chef de projet web dans un cabinet juridique. Avec une équipe, nous étions en charge de la communication interne.
La communication et le droit sont mes 2 matières de prédilection. Je les intègre toutes les deux dans ma vie professionnelle : j’aide les avocats à communiquer efficacement, notamment sur internet et les media sociaux.

Webulous gère l’image et la communication globale de ses clients, de la création du site web aux réseaux sociaux, en passant par la newsletter, le blog, la rédaction web, la veille, l’e-reputation, la gestion de communication de crise...
Je travaille majoritairement pour des professions réglementées (experts comptables, assureurs, avocats) en Community Management mais il arrive que l’on me consulte sur des projets dans d’autres domaines.

Webulous a 3 pôles de compétences :

  • la création de site internet et le développement d’outils,
  • la communication et notamment le community management,
  • la formation.

 

Quelles sont les principales difficultés/contraintes de ton métier de Community Manager ?

Je ne parlerai pas des difficultés liées à l’émergence de la communication digitale, tout le monde les connaît. Il existe encore des réticents, ceux qui pensent qu’un community manager « s’amuse toute la journée sur Facebook » ou que l’on peut se passer d’une présence sur internet en faisant l’autruche.
Dans mon cas, la principale difficulté réside dans l’approche de la communication par des professions réglementées longtemps privées du droit de communiquer. Ce frein est doublé d’une obligation de discrétion et d’une culture du secret, des affaires et des clients. De plus, la déontologie pèse vraiment sur les obligations et les interdictions.
Il faut donc communiquer intelligemment, apporter une vraie valeur ajoutée tout en taisant les aspects liés aux dossiers. Je ne peux pas mettre en avant les services de mes clients comme peuvent le faire les community managers qui sont chargés de promouvoir des produits ou services classiques. Je me dois d’être prudente et imaginative, tout en respectant l’éthique des avocats.

 

Selon toi, quels sont les réseaux sociaux les plus prometteurs pour le business ?

C’est difficile à dire en restant généraliste. Cela dépend du secteur, du segment de la cible, de la communication définie en amont… Les réseaux qui arrivent à fidéliser leur audience, en augmentant leurs fonctionnalités, qui évoluent en concertation avec les utilisateurs et qui privilégient la communication au sens large et encouragent les interactions sociales.
En ce qui concerne mes clients avocats d’entreprises, les réseaux professionnels BtoB sont clairement les plus performants. Néanmoins, il arrive que des avocats ciblent des personnes physiques, je privilégie alors des réseaux sociaux adaptés.
Je communique également sur des réseaux orientés métiers, de niche ou encore des réseaux sectoriels, Village de la Justice, Batiactu ou encore Maison à Part pour un avocat en droit immobilier, par exemple.

 

As-tu une anecdote amusante à nous faire partager, justement ?

Lors d’un point sur un dossier avec présentation des statistiques et pilotage de la communication, le client était complètement interloqué par les retours en notoriété et les contacts entrants et m’a dit «Mais ça marche en vrai ce que vous faites !»
Nombreux sont ceux qui veulent «tester» car ils ne perçoivent pas encore tout ce que le Community management peut leur apporter. Ceux qui ont testé 3 ou 4 mois, sont toujours là !
Une autre anecdote : un client pour lequel Webulous avait réalisé un site web m’a demandé de former sa grand-mère aux réseaux sociaux...

5 questions à
Bérangère - webulous

Si l'on souhaite faire appel à tes services, on te contacte où et comment ?

Sur le site de Webulous : www.webulous.fr
Par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sur twitter : @webulous_

 


 

A PROPOS DE L'AUTEUR :
Webmaster freelance passionné par Joomla depuis 2007, Daniel défend la veuve et l'orphelin du web en créant des sites respectueux du W3C. Fort d'une expérience de plusieurs années, il partage ses connaissances avec les néophytes aussi bien qu'avec les personnes plus expérimentées.

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.

Participant à cette conversation

  • abdelhamid

    Excellente interview. Un community manager est indispensable et le résultat de son travail perceptible. Bérangère est spécialisée dans un secteur précis ce qui prouve que la demande est croissante et que le digital ne cesse de croitre. Merci à vous deux pour cette entrevue

  • En réponse à: abdelhamid

    Tout à fait d'accord avec toi, mon ami ;)
    Un/e Community Manager est aujourd'hui indispensable pour toute structure souhaitant maîtriser sa communication sur les média sociaux. Comme tu le soulignes à juste titre, la spécialisation de Bérangère montre bien que les besoins en la matière sont de plus en plus pointus.

    Je tiens à remercier Bérangère pour le temps qu'elle m'a accordé lors de notre rencontre.

web-eau.net is not affiliated with or endorsed by the Joomla! Project or Open Source Matters. The Joomla! name and logo is
used under a limited license granted by Open Source Matters the trademark holder in the United States and other countries.