Pourquoi je passe au "gratuit" ?

"Pour recevoir, il faut d'abord donner". Cela pourrait être une citation de Platon mais non ! En fait, cette phrase résume à elle seule une bonne partie de la philosophie que j'ai décidé d'appliquer à mon activité depuis la fin de l'année dernière. La rémunération d'une activité freelance est composée de deux éléments :

  • le temps,
  • les compétences.

et ces deux éléments se combinent pour générer la rémunération.

Partant de là, chaque indépendant est libre de facturer ses prestations comme il le souhaite. Ce tarif peut tenir compte de la technicité requise, du secteur d'activité, de la concurrence ou de tout autre facteur. Un tarif élevé peut signifier une haute technicité ou encore une prestation difficile à trouver ou à rélaiser en urgence. A l'inverse, un tarif bas peut être assimilé à un travail de faible valeur ou tout simplement proposé sur un marché très concurrentiel.


Pourquoi je passe au gratuit


En ce qui me concerne, j'ai pris la décision de proposer gratuitement une partie de mes prestations. Oui, vous avez bien lu gratuitement ! Non pas que ces prestations n'aient pas de valeur ou d'intérêt mais parce que cette décision relève d'un choix personnel motivé par différentes raisons que je vais vous exposer maintenant.


Pourquoi ai-je décidé de donner ce que d'autres font payer ?

Sur mon site, et en dehors de la présentation de mes prestations et de ce blog, vous pouvez trouver :


Depuis la fin de l'année 2014 et progressivement sur les premières semaines de 2015, tout cela vous sera proposé gratuitement et sans contre-partie d'aucune sorte. Rassurez-vous, je ne suis pas devenu fou car plusieurs bonnes raisons expliquent ce positionnement qui va à contre-courant du modèle économique actuel du "tout payant".


Tout à fait par hasard, alors que cet article était déjà quasiment rédigé, je suis tombé sur un commentaire de mon ami Marc-Antoine Thévenet qui faisait référence au livre de Chris Anderson "Free! Entrez dans l'économie du gratuit" qui traite précisément de la question du modèle de la gratuité. Même si ce modèle ne fait pas l'unanimité auprès de ceux qui se gavent, il a le mérite de faire bouger les lignes et de proposer une alternative intéressante à tout ceux qui ne peuvent pas et ne veulent pas payer. Je pense que je reviendrais sur ce sujet après avoir terminé la lecture du livre d'Anderson.


Joomla, because Open Source Matters

Joomla est un CMS de type Open Source, c'est à dire que tout le monde a la possibilité de modifier le code source de ce CMS qui est diffusé gratuitement. Il fait partie de la famille des logiciels libres. Joomla! est en outre animé par une très forte communauté de bénévoles qui donnent de leur temps sans compter. Je fais fièrement partie de cette communauté. A mon échelle, je contribue avec passion depuis un an en fonction de mon temps et de mes compétences, au service de tous les utilisateurs.


Joomla! Volunteers Portal


A mon sens, proposer gratuitement des extensions et un accès libre à la formation est aussi une forme de refus du modèle "tout payant" qui n'est pas véritablement en phase avec la philosophie initiale de Joomla. Depuis 2007, Joomla! et sa communauté m'ont beaucoup donné et j'ai beaucoup reçu. Ces dernières années, j'ai commencé à inverser la tendance en donnant plus que je ne recevais. Finalement, je trouve que cela correspond beaucoup plus à ma vision des choses (psychologiquement, je suis un oblatif). Si je n'avais pas eu accès à ces connaissances au départ, il est fort probable que je n'aurais pas continué à travailler avec Joomla. Donc, si l'on souhaite que notre CMS continue à se développer, il faut continuer à soutenir cette communauté de toutes les manières possibles.


L'accès au savoir

La connaissance et le savoir sont malheureusement devenues des marchandises et se monnayent parfois au prix fort (MOOC, tutoriels en accès payant, etc). Aussi, pour "répandre la bonne parole" et en favoriser la diffusion du savoir, je crois qu'il est important de maintenir un accès gratuit pour le plus grand nombre.


Pendant plus de 7 ans, j'ai acquis de l'expérience sur Joomla et il me semble cohérent et intellectuellement honnête aujourd'hui de partager en retour cette masse d'information avec les nouveaux venus à Joomla. Ecrire +100 tutoriels (pour l'instant) représente certes une masse de travail non négligeable mais c'est aussi une aide appréciable que j'apporte à mes clients lors de la prise en main de leur site Joomla. J'ai peut-être passé 1 heure à écrire un tutoriel mais je n'ai plus à expliquer cette partie pour chacun de mes clients. C'est donc au final, un gain de temps pour moi et une vraie satisfaction que j'apporte à mes clients. Et ce dernier point n'a pas de prix à mes yeux.


Plus globalement, je pense que fournir un accès libre à la connaissance peut être un excellent moyen d'aider les personnes fragiles (chômeurs, retraités, personnes en échec scolaire, etc). Mettre du payant à ce niveau, j'estime que cela ne favorise pas la sortie de la précarité et que cela bloque l'accès à des possibilités d'évolution et d'ouverture.


Pour recevoir, il faut d'abord donner


Le développement

Le coût de conception et de développement de mes extensions pour Joomla est aujourd'hui amorti et celles-ci fonctionnent parfaitement. Je précise que je suis avant tout webmaster et que le développement d'extensions est une part mineure de mon activité. Afin de favoriser l'accès et la diffusion de mes extensions auprès du plus grand nombre et aussi parce que je peux me le permettre, elles deviennent donc gratuites.


Je me souviens avoir eu une discussion sur Facebook avec une jeune iranienne qui ne pouvait acheter une extension pour son site car celle-ci était payante. Nous ne nous en rendons sans doute pas compte mais beaucoup de personnes à travers le monde n'ont pas accès à ces extensions à cause de stupides restrictions bancaires. Ce type de blocage ne peut qu'encourager de facto le partage "parallèle" des extensions commerciales (avec tous les problèmes de sécurité que cela induit). Donc, je pense que ma décision réduira à néant l'intérêt de pirater mes extensions et de les diffuser sans scrupules sur des sites douteux.
Enfin, j'espère que cette gratuité permettra également d'améliorer la notoriété de mon site web.


Je ne suis pas Amazon

Dernier point, je suis viscéralement contre l'application aveugle et absurde de la directive européenne 2008/8/CE. En effet, celle-ci vise à aligner les géants du web (Amazon, eBay, etc) et les miliers de petits développeurs comme moi du point de vue de la TVA. Les premiers ont sans doute les moyens financiers et juridiques de pouvoir contourner cette directive et les autres n'ont que les yeux pour pleurer.


Au lieu de donner raison à des euro-députés déconnectés des réalités du quotidien, je préfère offrir mes extensions pour ne pas pénaliser les utilisateurs de Joomla que de reverser de la TVA et de cautionner un système que je considère comme absurde. Même si cela ne représente qu'un faible montant de TVA, j'en fais surtout une question de principe.


Pourquoi je passe au gratuit


Conclusion

Cet article n'a pas vocation à inciter les autres freelance à rendre tout ou partie de leur travail gratuit, loin de là. Encore une fois, chaque indépendant est libre d'appliquer son tarif à son ou ses prestations. Ma décision ne relève que d'une réflexion personnelle et de convictions qui n'engagent que moi (et mes clients).


{loadnavigation}

Daniel Dubois

Daniel Dubois

Passionné par le Web depuis 2007, Daniel défend la veuve et l'orphelin du web en créant des sites respectueux du W3C. Fort d'une expérience de plusieurs années, il partage ses connaissances dans un état d'esprit open source.
Très impliqué dans la communauté Joomla depuis 2014, il est actif au sein de plusieurs projets, conférencier et fondateur du JUG Breizh.